Accueil / International / Affrontements meurtriers entre soldats israéliens et Palestiniens

Affrontements meurtriers entre soldats israéliens et Palestiniens

Des Palestiniens en colère ont affronté des soldats israéliens et brûlé le portrait de Donald Trump jeudi pour protester contre la décision unilatérale et potentiellement explosive du président américain de reconnaitre Jérusalem comme la capitale d’Israël.

Plus d’une vingtaine de Palestiniens ont été blessés par des balles en caoutchouc ou des balles réelles dans les heurts rapportés à travers toute la Cisjordanie et dans la bande de Gaza, territoires séparés censés former un jour un Etat indépendant, selon les secours palestiniens.

Jeunes palestiniens et soldats israéliens ont échangé jets de pierre et tirs de projectiles anti-émeutes à Hébron, poudriére du sud de la Cisjordanie, et Ramallah, qui fait office de capitale politique palestinienne. Bethléem, Qalqilya, Jénine et les abords de Ramallah, en Cisjordanie, ont aussi été le théâtre d’affrontements.

 

Dans la bande de Gaza, cinq Palestiniens ont été blessés, dont un à la tête, par des tirs de soldats israéliens en allant, avec des dizaines d’autres, protester près de la barrière de béton qui ferme hermétiquement les frontières entre Israël et le territoire reclus, ont indiqué les autorités gazaouies.

L’initiative de Donald Trump continuait à susciter la réprobation dans le monde entier, à la veille d’une réunion en urgence du conseil de sécurité de l’ONU, mais aussi de la grande prière musulmane du vendredi sur l’ultra-sensible esplanade des Mosquées, à Jérusalem-Est.

La décision américaine plonge la région «dans un cercle de feu», a déclaré le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui s’emploie à mobiliser le monde musulman. Même le grand allié saoudien des Etats-Unis a parlé d’acte «irresponsable».

Jeudi soir, l’armée israélienne a dit avoir riposté à des tirs de projectiles effectués depuis la bande de Gaza. L’un est tombé en Israël, deux autres dans l’enclave palestinienne selon l’armée qui a précisé que sa riposte avait visé « deux postes militaires ».

«Nous sommes ici pour rejeter la décision de Trump, a lâché Abdallah al-Khalil, 17 ans, lors du rassemblement de plusieurs centaines de personnes à Ramallah. Jérusalem est une capitale arabe et palestinienne, pas la capitale de l’occupant».

 

Regarder aussi

Etats-Unis : une immigrée sans papiers fait le ménage pour Donald Trump

« Nous nous mettons en quatre pour satisfaire tous ces besoins et nous devons supporter qu’il …

Laisser un commentaire