Accueil / International / Afrique du Sud : un fauteuil pour deux à la tête de l’ANC

Afrique du Sud : un fauteuil pour deux à la tête de l’ANC

Le moment de la grande explication a enfin sonné. Après des années d’affrontement larvé, les deux factions qui se disputent la succession de Jacob Zuma à la présidence du Congrès national africain (ANC) vont régler leurs comptes, du 16 au 20 décembre, dans le vaste centre d’exposition de Nasrec, près de Johannesburg.

Il y a d’abord le vice-président, CyrilRamaphosa, 65 ans. Homme pragmatique et habile, il fut, au cours de sa sinueuse carrière, tout et son contraire : syndicaliste hostile au régime de l’apartheid dans les années 1980, cadre de l’ANC durant la décennie suivante, puis homme d’affaires avisé devenu richissime (42e fortune du continent en 2015, avec 450 millions de dollars, selon le magazine américain Forbes).

Face à lui, l’ancienne présidente de laComission de l’Union africaine (UA) Nkosazana Dlamini-Zuma, 68 ans. Femme politique pure et dure, elle a été ministre sans interruption pendant dix-huit années et bénéficie du soutien du président sortant, Jacob Zuma, son ex-mari (ils ont divorcé en 1998). Plus dogmatique, elle incarne une forme de continuité avec l’héritage de la lutte contre l’apartheid en s’appuyant sur l’appareil du parti.

Regarder aussi

Etats-Unis : une immigrée sans papiers fait le ménage pour Donald Trump

« Nous nous mettons en quatre pour satisfaire tous ces besoins et nous devons supporter qu’il …

Laisser un commentaire