Accueil / A la une / Dialogue politique : L’opposition campe sur sa position malgré la nomination de Seydou Nourou Ba

Dialogue politique : L’opposition campe sur sa position malgré la nomination de Seydou Nourou Ba

La nomination de l’ambassadeur Seydou Nourou Ba à la présidence du comité de concertation sur le processus électoral ne fera pas changer d’avis l’aile dure de l’opposition. Le Parti Démocratique Sénégalais (PDS) et le Rewmi pensent que les préoccupations sont ailleurs et qu’il faudra les régler pour que le dialogue politique puisse se tenir.

Fort d’une deuxième place aux élections législatives, le Pds, galvanisé par les résultats du 30 juillet, exige d’abord l’état des lieux de la distribution des cartes d’électeurs biométriques, l’audit du fichier électoral et un statut clair du Chef de l’opposition. ‘’Pour le moment, pas de précipitation. Notre position reste la même.

«Pour le moment, pas de précipitation. Notre position reste la même. Effectivement, nous avions récusé la CENA pour toute supervision et pour toute conduite des travaux du dialogue, mais ce n’était qu’un point dans l’ensemble que nous revendiquions. Nommer quelqu’un ne veut pas dire avoir ce qu’il faut parce que celui qui est nommé dépend de celui qui le nomme. Nous attendrons de voir sa feuille de route et les intentions du Président de la République parce que notre problème, c’est entre nous et Macky Sall qui assigne des missions, mais il est candidat à la présidentiel et il ne veut pas de notre candidat (Karim Wade) et il s’arrangera à coup sûr pour avoir un processus électoral en sa faveur», a réagi Maguette SY, membre du Comité directeur de la formation libérale.

Du côté de Rewmi Déthié Fall affirme que : « Il ne faudrait pas qu’on nous divertisse. Nous n’avons pas de problème avec la nomination de cette personne. L’opposition avait très clairement dit qu’il nous faudrait, pour l’organisation des élections, une personnalité neutre et consensuelle. Le ministre Aly Ngouille Ndiaye est un militant de l’Apr et il a toujours en charge l’organisation des élections. Notre préoccupation n’est pas à ce niveau. Le président de la république ne peut continuer à instrumentaliser la justice à des fins politiciennes pour justement écarter des adversaires politique, comme ce qu’il est en train de faire avec Khalifa Sall, et nous demander de dialoguer. Il est attendu de lui qu’il prenne toutes les dispositions nécessaires pour que tous les sénégalais puissent disposer de leur carte nationale d’identité et de leur carte d’électeur, et que cesse cette distribution ciblée voulant que seuls ses partisans puissent avoir ces cartes. C’est ce que nous avons demandé jusqu’ici. Nous n’irons pas à la table de dialogue parce querien a changé pour nous. Nous n’avons rien contre Seydou Nourou Ba.»

 

Regarder aussi

La France rend 26 œuvres d’art au Bénin

Emmanuel Macron a décidé de restituer « sans tarder » 26 œuvres réclamées par les …

Laisser un commentaire