Accueil / A la une / Gréve à l’AIBD : Mahammed Dionne sauve les meubles

Gréve à l’AIBD : Mahammed Dionne sauve les meubles

L’information n’est intervenue que tard dans la soirée d’hier. Après 24 heures de grève, le Syndicat des aiguilleurs du ciel du Sénégal a décidé de lever son mot d’ordre de grève. Au terme d’une assemblée générale dans l’enceinte de l’Aéroport international Blaise Diagne de Diass (50km de Dakar), la soixantaine de syndicalistes, avec à leur tête le Secrétaire général Paul François Gomis, a mis fin au calvaire des passagers du nouvel aéroport sénégalais, bloqués au sol depuis jeudi à minuit.

L’affaire était pourtant mal engagée puisqu’après plusieurs heures de mouvement d’humeur, le syndicat n’avait toujours pas été à la table des négociations. La faute au mutisme des autorités compétentes, comme le ministère en charge des Transports aériens. «Nous n’avons pas encore été contactés par les autorités pour des négociations. Peut-être qu’elles l’ontfaites avec certains», confiait, en début de soirée d’hier, le secrétaire général. Une plateforme revendicative avait été déposée depuis le 22 novembre à la table de la tutelle. Les aiguilleurs y décrient leurs conditions de travail loin des normes. «Le téléphone, essentiel à notre liaison avec l’aéroport de Yoff, ne fonctionne pas. Et la tour de contrôle est un vrai enfer sonore avec le bruit des appareils de climatisations», liste le Sg. Mais pour le syndicat, la principale raison de la grève reste la non-prise en charge de la mobilité des employeurs. Avec le déménagement de l’aéroport international à 50 km de Dakar, les aiguilleurs se sont retrouvés avec des frais et des heures de travail supplémentaires. Un bus de ramassage a bien été proposé, mais la distanciation des résidences et les horaires de rotations rendent impossible le service. Disposés à reconduire leur mot d’ordre de grève, les contrôleurs aériens ont dû céder sous l’insistance du Premier ministre. Mahammad Dionne a, au téléphone, promis aux grévistes de «prendre les choses en main» et pris «l’engagement de satisfaire leur plateforme revendicative». Un coup de fil qui permet à l’Aéroport international Blaise Diagne de passer son premier mouvement d’humeur sans heurts majeurs.

Avec LOBS

Regarder aussi

La France rend 26 œuvres d’art au Bénin

Emmanuel Macron a décidé de restituer « sans tarder » 26 œuvres réclamées par les …

Laisser un commentaire