Accueil / Politique / PAPE MAHAWA DIOUF : ‘’Idrissa Seck veut enfermer le pays dans une polémique stérile’’

PAPE MAHAWA DIOUF : ‘’Idrissa Seck veut enfermer le pays dans une polémique stérile’’

Les sorties répétitives du président de Rewmi, Idrissa Seck, n’ébranlent guère la mouvance présidentielle. Selon le coordonnateur de la cellule de communication de la coalition de la mouvance présidentielle, Pape Mahawa Diouf, Benno Bokk Yaakaar ne suivra pas Idrissa Seck dans ‘’ce débat puéril et stérile qui n’apporte rien au pays’’.

 

Idrissa Seck multiplie ses sorties contre le président Macky Sall qu’il appelle à éclairer l’opinion sur les accords signés avec la Mauritanie. Que cherche le leader de Rewmi, selon vous ?

Je ne saurais dire ce qu’il cherche réellement. Je sais seulement que ça ne nous intéresse pas. Ce qui nous intéresse, par contre, c’est le débat sur le projet national de consolidation de notre économie et de notre démocratie. Notre seul souci, c’est de faire du Sénégal un pays qui se développe dans une société ouverte et solidaire, dans la perspective de 2035. De ce point de vue, nous avons une vision sur l’éducation nationale et l’enseignement supérieur, la santé, l’agriculture, etc.

Le leader de Rewmi appelle le président Macky Sall à un débat public. Qu’en pensez-vous ?

Le débat auquel nous invitons Idrissa Seck, c’est quelle est sa vision et quel est son projet pour le Sénégal. Nous ne le suivrons jamais dans son dessein funeste de vouloir coûte que coûte clochardiser notre République. On se souvient tous de ses Cd1, Cd2, de son projet de livre ‘’Lui et moi’’ qu’on n’a jamais vu d’ailleurs. La République n’est pas une farce. C’est quelque chose de sérieux. Un document ratifié entre deux chefs d’Etat, dans un cadre constitutionnel et légal, il n’y a rien d’obscur. Lui-même, s’il a des informations qu’il peut partager avec les Sénégalais, qu’est-ce qui l’empêche de le faire ? Plutôt que de crier avec les loups, s’il sait des choses que les Sénégalais ne savent pas, il n’a qu’à le dire. Ce que les Sénégalais attendent de lui, c’est de leur dire quel est son projet pour le Sénégal, sa vision sur l’économie, l’agriculture, l’enseignement supérieur, l’économie rurale, etc. Rien de tout cela. Idrissa Seck veut enfermer notre pays dans une polémique stérile et nous ne le suivrons pas sur ce terrain.

Le procès de Khalifa Sall tire à son terme. Le procureur a requis 7 ans de prison ferme contre lui et à payer une amende de plus de 5 milliards. Ne trouvez-vous pas cela excessif ?

Je ne m’hasarderai pas à qualifier la réquisition du procureur. Je pense qu’il faut laisser la justice s’exprimer. Nous pouvons juste constater, pour s’en réjouir, que dans notre pays, lorsque vous êtes accusé, vous avez la possibilité de vous défendre. On a une justice libre et équitable. C’est cela le plus important. Je remarque simplement que les accusations sont graves et il était important que le maire de Dakar puisse se défendre et donner sa version des faits. Lorsqu’on aspire à diriger un pays et à gérer des deniers publics, on se doit d’être au-dessus de tout soupçon. Tout gestionnaire de deniers publics doit désormais s’attendre, un jour ou l’autre, à devoir rendre compte. Le principe de redevabilité est désormais une réalité dans notre pays et cela, c’est à l’actif du président de la République Macky Sall. Et les hommes politiques ne doivent pas faire exception.

Le président de la République vient de boucler une tournée économique de 48 heures dans le Saloum. Tournée que l’opposition assimile d’ailleurs à une campagne électorale déguisée. Que répondez-vous ?

Si c’est cela qu’on appelle une campagne électorale déguisée, en vérité, il l’a commencée depuis 2008. Il ne l’a pas commencée maintenant. Donc, c’est pour cela que, régulièrement, il y a eu d’abord les tournées économiques, mais aussi les conseils ministériels décentralisés pour rencontrer les Sénégalais de l’intérieur. D’ailleurs, je remarque que désormais les hommes politiques sont en train de subir une transformation culturelle dans leur façon de militer. Ce n’est plus lui qui va à l’intérieur du pays seulement, mais tous les acteurs politiques le font maintenant. Ce qui est en soi une bonne chose, même si pour certains d’entre eux, il reste des efforts sur beaucoup d’aspects.

Est-ce un hasard qu’à un an des prochaines échéances électorales, le président Macky Sall accélère les travaux et multiplie les inaugurations d’infrastructures routières ?

Nous ne sommes pas en campagne électorale. Mais il n’est pas interdit à l’Etat de mettre en œuvre les politiques publiques. Inaugurer des infrastructures qui ont été construites sur la base d’une vision est dans l’ordre normal des choses, dans une République. Le président a inauguré la route Fatick – Kaolack et aussi Kaolack – Keur Wally Ndiaye – Passy – Sokone. Il a, par la même occasion, procédé au lancement des travaux du pont de Foundiougne qui rejoint le port de Ndakhougar qui était déjà installé. Si cela fait craindre certains adversaires politiques du point de vue du bilan, ils ont raison. Parce que ce qui est en train d’être inauguré est du solide et c’est fondé sur une vision dans la perspective de 2035. Il s’agit, pour le président, de densifier notre architecture en matière d’infrastructures dans la capitale sénégalaise, mais aussi à l’intérieur du pays, le tout fondé sur une vision économique qui a comme principal objectif d’inverser le moteur de la croissance à partir de la production nationale, faciliter le transport de cette production. Ce qui nous donne déjà des résultats, puisque le pays est maintenu sur 7 % de croissance depuis 5 ans, avec une tendance favorable dans les années à venir.

Oui, mais pour beaucoup d’observateurs, la croissance ne se mange pas et ne profite pas, jusqu’ici, aux populations sénégalaises. Que répondez-vous à cela ?

Il faut qu’on arrête de sortir des discours-slogans autour de la croissance. La croissance ne se mange pas est une analyse simpliste. Il faut voir ce qui a été dit dans le Plan Sénégal émergent. C’est à partir de ce constat que la croissance ne se mangeait pas, parce qu’elle était fondée sur des services et donc une économie extravertie, qu’on a décidé d’impulser une nouvelle dynamique pour inverser les moteurs de la croissance, de sorte que ça vient plus de l’économie nationale dont l’agriculture, le tourisme, etc., et ça commence à fonctionner. De plus en plus, la croissance se mange dans notre pays et d’ailleurs, une enquête récente de l’Ansd prouve que l’inversion du moteur de la croissance est maintenant réelle.

En vérité, notre croissance est portée par notre économie nationale et moins par les services et produits extravertis qui viennent de l’importation, de la télécommunication, etc.

Comment comptez-vous engager la bataille de la prochaine élection présidentielle qui pointe à l’horizon ?

Avec détermination, sérénité et conviction. Nous sommes sûrs du bien-fondé de la morale de notre action. Nous sommes sûrs que nous conduisons une politique qui a pour vision véritable de créer les conditions pour le Sénégal d’ici 2035, de devenir un pays respectable sur le plan économique, diplomatique et démocratique. Cette vision, nous l’avons partagée avec les Sénégalais à travers des politiques sociales, l’enseignement supérieur avec des réformes phares qui ont fait du Sénégal un pays que les autres de la sous-région et dans le monde regardent en exemple. C’est cela qui justifie la dernière Conférence mondiale sur l’éducation qui s’est tenue dans le pays. Nous sommes bien fondés à croire que si nous poursuivons dans cette voie, nos compatriotes, comme à chaque fois dans le passé, nous ferons confiance lors des joutes électorales de l’année prochaine.

Pensez-vous justement que le président de la République puisse rempiler à la tête du pays dès le premier tour, si on sait que ses performances électorales ont chuté de 2012 à maintenant ?

Nous n’avons aucun doute que le président Macky Sall sera réélu dès le 1er tour en 2019, parce que tout simplement, c’est le plus grand chef d’Etat de l’histoire de notre pays, compte tenu de son ambition, de son histoire, de son rythme de réalisation et de transformation structurelle de l’économie de notre pays. Si nous poursuivons dans nos efforts et qu’il n’y a pas de fait, la providence exceptionnelle qui transforme cette trajectoire, nous en sommes certains. On ne peut pas tromper les Sénégalais. Ce que vous faites, ou bien ça touche le peuple ou bien ça ne le touche pas. Si ça le touche, il vous fait confiance, si ça ne le touche pas, vous pouvez vous détromper, vous ne rencontrerez pas son assentiment. Or, vous ne pouvez pas avoir la politique sociale qui est la plus ambitieuse de l’histoire de notre pays, le taux de croissance le plus soutenu sur 5 ans à un niveau aussi élevé, une transformation structurelle de son économie au point que tous les instruments internationaux vous le reconnaissent et, qu’au bout du compte, vous ne rencontrez pas l’assentiment de votre peuple. Ce serait une grande surprise.

Maintenant, les dernières élections, il faut qu’on arrête de tromper les gens. Le taux de participation, d’abord, à des élections législatives n’a jamais été aussi élevé que lors de ces dernières joutes. Nous avons la marge de victoire des élections législatives de 2001, de 2012. On sait que c’est toujours dans les mêmes tendances. La vérité est que plus que jamais, les Sénégalais, dans tous les départements du pays et de la diaspora, à l’exception de deux ou trois, ont fait confiance à la majorité Bby et à son leader le président Macky Sall, parce qu’ils croient au bien-fondé de sa politique. Ils ressentent bien que la volonté politique de l’homme d’Etat Macky Sall n’est pas molle, elle est dure, engagée, sérieuse et fondée sur des choses vérifiables. Nous sommes dans la transformation réelle du quotidien de nos compatriotes. C’est le sens du Pudc, des pistes rurales, du nombre de forages qui ont été quasiment multipliés par 10.

Malgré cette situation que vous décrivez, le front social est en ébullition dans presque tous les secteurs. Comment expliquez-vous cela ?

Séparons bien les choses. Le Sénégal n’est pas encore un pays émergent. Il est en voie de développement. En fonction des décisions que nous prenons et des grandes orientations dégagées, les résultats que nous obtenons à mi-parcours peuvent se mesurer au taux de couverture en termes de pistes rurales à travers le pays, à la progression de la production agricole, à la balance commerciale qui s’équilibre progressivement. Jamais, depuis 1960, notre pays a exporté autant qu’il exporte aujourd’hui. Nous sommes donc sur la bonne voie. Lorsque nous changeons les filières dans l’enseignement supérieur, lorsque nous renforçons l’éducation et la formation professionnelle, les conditions qui permettent d’augmenter les investissements directs étrangers.

Selon l’ex-secrétaire général de la Ligue démocratique, Mamadou Ndoye, ce qui reste de Bby ne suffit plus à Macky Sall pour être réélu.

La majorité de Bby est incontestable. Elle est liée au fondement de l’adhésion des populations à sa politique. C’est la politique que nous conduisons qui justifie l’adhésion des populations à la majorité Bby. Les Sénégalais, on ne peut pas acheter leurs voix, on ne peut pas non plus voler leurs voix. S’ils votent pour quelqu’un, c’est bien parce qu’ils adhèrent à la politique qu’il mène. Maintenant, il est temps, pour certains hommes politiques aussi, de changer de disque. On ne peut plus, parce que les choses se passent mal pour vous au sortir des élections législatives, trouver des raccourcis pour dire que Bby est minoritaire. Ce n’est pas aussi parce qu’on a quitté un parti que la majorité de fait change. Nous ne sommes pas en crise. Vous parlez de la Ligue démocratique, du Parti socialiste, pourquoi vous n’avez pas cité l’Alliance pour la République ? On a des gens qui sont partis. Vous n’avez non plus cité le Parti démocratique sénégalais où des gens sont également partis.

Mais on parle de la mouvance présidentielle.   

Oui ! C’est pour dire que les populations adhèrent à la politique à laquelle elles bénéficient directement, pas forcément à des structures politiques. Tous les partis connaissent des départs et des arrivées ainsi que toutes les coalitions. Le Pds connait des départs, de même que le Ps, l’Apr, la coalition Mankoo, etc. Ce n’est pas cela qui permet de mesurer la majorité ou la minorité d’une formation politique ou d’une coalition, d’autant plus qu’on peut interroger, en toute humilité, la taille électorale de ces profils dont vous parlez. Quel est leur impact réel et leur ancrage auprès des populations et dans leurs partis ? Les dernières élections législatives ont prouvé que bien d’entre ceux qui parlent n’arrivent même pas à gagner dans leur propre quartier.

L’Apr est marqué, depuis un certain temps, par la naissance de mouvements de soutien. Il y a d’abord eu I35, ensuite I2019, puis Plateforme de l’émergent, etc. Cela ne traduit-il pas un affolement à l’approche des prochaines élections ?

Pas du tout ! Au contraire, cela marque un dynamisme, une fraicheur d’une majorité politique qui, plus que jamais, redouble d’initiatives pour renforcer davantage le discours politique, vulgariser les réalisations du président de la République. C’est ça l’objectif, ce n’est pas autre chose.

On a l’impression que ça part dans tous les sens.

On ne dit pas des choses différentes. On dit tous la même chose. Donc, il n’y a pas de problème à ce niveau. Il aurait été compliqué, si on disait des choses antinomiques. Mais la répétition est pédagogique. Qu’on créée des espaces différents pour parler à des publics différents avec le même discours et le même message, il n’y a rien de plus normal.

Regarder aussi

Présidentielle au Mali : la Cour constitutionnelle rejette les recours de l’opposition

Le président sortant du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta, et le chef de file de l’opposition, …

Laisser un commentaire